Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
oeilinfo.com

Le bulletin biaisé de la Commission

12 Avril 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Europe, #Economie

Le bulletin biaisé de la Commission

Le rapport de la Commission européenne sur nos déséquilibres macroéconomiques est cousu de fil blanc.

Olli Rehn, le commissaire chargé des questions économiques et monétaires, entonne la même antienne et ressert les mêmes recettes prévisibles pour restaurer la croissance et créer de l’emploi : booster nos exportations, alléger le poids de notre coût du travail et diminuer notre dette publique. Voilà plus d’un quart de siècle que les instances européennes mettent le doigt sur nos faiblesses : pertes de compétitivité, parts de marché qui se rétrécissent plus vite que chez nos voisins, coûts salariaux trop élevés par rapport à nos concurrents, dette publique qui, après avoir fondu de 137 à 80 % du produit intérieur brut entre 1993 et 2007, repasse la barre des 100 %. Des évidences.

Ce qui, en revanche, surprend, dans ces rapports soumis à 13 Etats européens, c’est que l’Allemagne ne figure pas dans la liste des pays en proie à des déséquilibres macroéconomiques. Pourtant, l’Allemagne a obtenu de l’Europe de présenter un excédent de 6 % – alors que la fourchette ne pouvait dépasser les 4 %, en excédent ou en déficit – de sa balance courante, soit la différence entre ce que le pays produit et ce que ses résidents dépensent. Et l’Allemagne continue de comprimer ses dépenses publiques, en dépit de l’excédent de sa balance courante, contraignant les autres Etats à serrer un peu plus la ceinture budgétaire. Et à déséquilibrer leurs économies. A l’intérieur de ses frontières, l’Europe compte avec l’Allemagne un Etat membre majeur qui, dans son obsession de la diminution du coût du travail, précarise ses salariés en refusant l’établissement d’un salaire minimum. Et, dans la foulée, exerce un véritable dumping social à l’intérieur même des frontières européennes.

Mais de ces constats, la Commission ne souffle mot.

L’économiste Paul De Grauwe n’hésite pas à qualifier ces rapports de la Commission de « biaisés ». En nous confiant qu’il faudrait peut-être que l’on s’attache un jour à établir un bulletin de la Commission européenne elle-même.

Une réflexion qui ajoutera de l’eau au moulin de ceux qui, le 29 mai, recevront cette fois les « recommandations » de la Commission. Au sein du gouvernement, le PS avait exhorté de tenir tête à la Commission pour ne pas glisser vers une Europe ultralibérale.

La guerre idéologique risque à nouveau de diviser le gouvernement dans les prochaines semaines.

Source:lesoir

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article