Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
oeilinfo.com

Moscou fait pression sur Chypre et l'Union européenne

20 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #international, #Economie

Moscou fait pression sur Chypre et l'Union européenne

Les autorités russes s'entretiennent mercredi avec le ministre chypriote de Finances puis le président de la Commission européenne.

Contre la taxe sur les dépôts imposée à Chypre par l'Union européenne, Moscou ne décolère pas. « Ce n'est pas la fin de cette affaire ! », a prévenu mardi Vladimir Tchijov, l'ambassadeur russe à Bruxelles. Référence aux discussions qui, dès mercredi vont se tenir à Moscou. Michalis Sarris, le ministre chypriote des Finances, dont le voyage en Russie a été repoussé de lundi à mercredi, doit d'abord s'entretenir avec son homologue d'une possible aide de la Russie, jusque-là prête à restructurer le crédit de 2,5 milliards d'euros accordé fin 2011.

Mais Anton Silouanov, le ministre russe des Finances, n'a pas caché sa frustration. Alors que l'Union européenne comptait mezza voce sur une participation russe au plan de sauvetage, Moscou n'a pas été inclus dans les discussions finales. Samedi, lors de la réunion à Bruxelles de l'urogroupe, il n'a pas été informé de la décision sur la taxe de 9,9 % pour les dépôts dépassant 100.000 euros à Chypre. Une mesure qui va pourtant toucher en premier lieu les Russes ayant placé leurs fonds dans l'île. Anton Silouanov a du coup menacé de revenir sur sa proposition initiale d'assouplir les conditions de remboursement du crédit accordé à Nicosie.

Tension perceptible

« L'urogroupe rediscute des mesures. Rien n'est encore arrêté définitivement », se défendait un haut diplomate de l'Union européenne à Moscou. La tension était d'autant plus perceptible que José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, doit se rendre à Moscou dès mercredi soir. Il devait s'entretenir avec le Premier ministre, Dimitri Medvedev. Mais a été finalement ajoutée une rencontre au sommet avec le président Vladimir Poutine, qui a qualifié le projet de taxe d'« idée injuste, non professionnelle et dangereuse ».

A eux seuls, les Russes pourraient perdre de 2 à 3 milliards d'euros à cause de cette taxe. Les avoirs russes à Chypre sont estimés à au moins 15 milliards d'euros. Mais le montant réel serait plus près des 40 milliards. Il ne s'agit pas seulement de blanchiment d'argent. Sociétés et particuliers ont pris l'habitude de transférer leurs fonds à Chypre, via des structures légales, pour échapper à l'insécurité du système juridique et fiscal dans leur propre pays. Une manière par exemple de se protéger des raiders, ex-partenaires d'affaires cherchant à prendre le contrôle d'une société commune.

Si la taxe imposée par l'Union européenne et le FMI entre en vigueur, Chypre perdra une grande partie de sa crédibilité. « C'est une aubaine pour la Suisse ! », se réjouit déjà à Moscou un représentant d'une des grandes banques privées de Genève. Depuis deux jours, son téléphone n'arrête d'ailleurs pas de sonner. « Sociétés ou particuliers, ils sont dégoûtés par cette mesure qui, du jour au lendemain, ampute leurs dépôts offshore sur l'île. Ils songent à ouvrir au contraire un compte en Suisse... », a-t-il confié aux « Echos ».

Source:lesechos

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article