Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
oeilinfo.com
Articles récents

DLF, un État secret dans l’État

7 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #France

DLF, un État secret dans l’État

La plus grande surprise qui nous soit arrivée à propos de la DLF, une direction du ministère des Finances et à ce titre rattachée au moins partiellement au secrétariat au Budget, est d’entendre un des principaux adjoints du ministre du Budget, auquel nous disions, à propos d’une information manquante pour une mesure législative : mais demandez-la à la DLF, nous répondre : mais vous plaisantez, la DLF ne répond pas aux questions du ministre, du moins pas à celles auxquelles elle ne veut pas répondre.

Il est vrai que, notamment sous Nicolas Sarkozy, la DLF a eu une position hiérarchique ambivalente, partiellement rattachée au ministère de l’Économie avec Christine Lagarde et au ministère des Finances avec Éric Woerth.
Un très puissant chargé de mission, Christophe Bonnard, inspecteur des finances, assurait sous Sarkozy la liaison entre les deux branches ; mais être sous deux ministres, c’est n’être sous personne.

Cette indépendance s’est d’autant plus affirmée que la DLF a eu comme directeur, ou plutôt directrice, pendant 12 ans une femme, Marie-Christine Lepetit, qui, sous des dehors extrêmement effacés, était en fait une très forte personnalité.
Ayant fait Polytechnique, entrée ensuite à l’ENA et sortie dans le corps prestigieux – mais au total le plus destructeur de richesse – qu’est l’Inspection des finances, directement détachée à la direction générale des impôts, puis à la DLF, elle rentra au cabinet d’Alain Juppé en 1995 comme conseiller technique et c’est elle qui aurait convaincu Alain Juppé d’introduire un plafonnement de la déduction d’imposition ISF.
Cette mesure qui va entraîner un exode massif de grandes fortunes allant se réfugier notamment en Suisse ou, plus grave, de jeunes entrepreneurs ayant réussi qui partent s’établir en Belgique,décapitant ainsi l’un des trésors les plus importants d’une nation : ceux qui savent créer des entreprises et en faire des réussites internationales, un talent rarissime.

Madame Lepetit est extrêmement discrète. Elle a fait quelques apparitions publiques dans les dernières années, mais Google ne régurgite guère de photos, seulement une audition à la commission des finances de Sénat en 2010, apparemment sur le remplacement de la taxe professionnelle par la taxe économique territoriale, où avec autorité elle explique aux sénateurs et notamment au rapporteur général du budget qui en baille, toutes les dispositions prises par la DLF pour mettre en musique ce changement important. Il est assez clair de cette audition que les parlementaires n’ont guère à fournir d’avis, tout a été réglé par la DLF qui a organisé au mieux la sortie des textes compte-tenu des urgences.

L’étonnant est la déclaration que nous a faite Madame Lepetit lorsque, descendant du cabinet du ministre, à l’époque Nicolas Sarkozy, après y avoir fait une présentation de notre « note de 24 pages », elle nous dit combien elle comprenait notre démarche car elle était elle-même la fille d’un petit entrepreneur.
Cela nous a beaucoup marqués car, dans la suite, elle a paru totalement insensible aux problèmes de ces petits entrepreneurs et à tout ce qui pourrait aider à les multiplier, comme le montre l’épisode de l’EIRL, l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée.

Cette mesure était destinée à éviter à une entreprise individuelle, le cas le plus fréquent en France où la plupart des petits commerces ou entreprises artisanales ne sont pas incorporés, que le patrimoine personnel soit englouti avec le patrimoine professionnel le jour d’un dépôt de bilan.
C’est la mesure qu’a fait voter Hervé Novelli au printemps 2010, permettant à une entreprise individuelle de séparer le patrimoine personnel du patrimoine industriel pour que le premier ne soit pas impliqué en cas de faillite du second.

L’EIRL, Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée, est une affectation de patrimoine, pas une création d’entreprise, et la loi avait bien pris soin de noter qu’il ne s’agissait pas d’une personne morale et donc pas d’une entité taxable.
Le 29 décembre au soir de cette même année, lorsqu’il n’y a presque plus personne en séance, la DLF faisait voter un texte assimilant l’EIRL à l’EURL, une SARL à actionnaire unique, et rendant ainsi les affectations à une EIRL taxable.

Pour faire bon poids, la DLF publiait dans la foulée une instruction qui taxait à l’impôt sur les plus-values le patrimoine apporté à l’EIRL mais aussi celui qui n’était pas apporté !L’EIRL en serait morte si une intervention d’Hervé Novelli n’avait conduit dans une nouvelle loi rectificative de finances à faire annuler le texte du 29 décembre, ou plus exactement à le rendre optionnel ce qui revient au même.

Mais le rôle le plus néfaste de la DLF a certainement été d’empêcher la création de gazelles, ces entreprises à forte croissance qui font l’emploi, en incitant ou laissant inciter ceux qui ont des revenus ou une fortune à investir dans des collections, des œuvres d’art, de l’immobilier, mais pas dans les créations ou les premiers développements de nos jeunes entreprises.

Source:emploi-2017

Lire la suite

Un pirate tunisien s’attaque à des banques américaines

7 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #piratage

Un pirate tunisien s’attaque à des banques américaines

Un pirate informatique tunisien, répondant au pseudonyme R3v0LT, s’est attaqué à plusieurs banques américaines dans une action numérique baptisée ETE Noir.

Parmi les victimes de cet activiste, membre du groupe Al-Qaïda électronique cyber armée, la Continental Bank, la Seattle Bank, la Miami Bank ou encore l'espace de la société MasterCard, smartpaymastercard.com.

L'internaute explique que des milliers d'informations sensibles ont pu être ponctionnées via des injections SQL. Vulnérabilités aussi facile à corriger qu'elles sont radicales entre de mauvaises mains.

Le pirate Tunisien annonce que les données ponctionnées seront diffusées soit le 1er mai, le 31 mai ou le 11 septembre. Des dates loin d'être négligeables : Le 31 mai 2010 correspond à l'attentat contre un hôpital à Lahore ; le 11 septembre 2001, les tours du World Trade Center à New York sont visés par des avions détournés.

Source:tunisiait et zataz

Lire la suite

La Corée du Nord menace les USA d’une frappe nucléaire !

7 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Sécurité Internationale

La Corée du Nord menace les USA d’une frappe nucléaire !

La Corée du Nord a menacé ce Jeudi les Etats Unis d’une « frappe nucléaire préventive », sans en préciser la cible.

Quelques heures avant un vote du Conseil de Sécurité portant sur un renforcement des sanctions contre Pyongyang suite à son nouvel essai nucléaire, la dictature communiste héréditaire coréenne lance sa dernière provocation. Quelques temps après avoir déjà fait monter la tension dans la région en menaçant de dénoncer l’accord d’armistice ayant mis fin à la sanglante guerre de Corée en 1953, le régime nord coréen roule une fois de plus des mécaniques.

« Puisque les Etats-Unis s’apprêtent à déclencher une guerre nucléaire, (nos) forces armées révolutionnaires (…) se réservent le droit de lancer une attaque nucléaire préventive pour détruire les bastions des agresseurs », a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires Etrangères, cité par l’agence officielle KCNA, avertissant qu’une nouvelle guerre de Corée était selon lui inévitable, les Etats Unis et la Corée du Sud ayant refusé le diktat nord-coréen prétendant leur faire annuler les grandes manoeuvres militaires conjointes prévues la semaine prochaine. En pleine crise apparente de paranoïa, la Corée du Nord s’imagine, ou fait mine de, que ces manoeuvres d’entrainement, organisées tous les ans et largement justifiées par le besoin de se tenir prêt à toute velléité de la part du régime stalinien, serait destinées à couvrir le lancement d’une campagne militaire contre eux, campagne s’appuyant sur des frappes nucléaires. Le Rodong Sinmun, le journal officiel du parti unique, a lui aussi brandi la menace d’une« guerre thermonucléaire » qui « ne serait pas confinée à la péninsule coréenne » : allusion directe à l’arsenal balistique nord-coréen, à même d’atteindre le territoire américain, en particulier les îles du Pacifique.

En fait, la Corée du Nord est juste en rage contre la résolution que s’apprête à faire voter le Conseil de Sécurité de l’ONU dans le but de l’empêcher de se procurer la technologie nécessaire au développement de ses programmes nucléaire et balistique. Il s’agit notamment de geler toute relation financière, y compris les transferts de fonds en liquide, si ces transactions risquent de servir les efforts de Pyongyang pour se doter d’armes atomiques et de missiles à longue portée. Elle amplifiera les sanctions existantes, allongeant notamment la liste noire des entreprises et des responsables nord-coréens frappés de gel de leurs avoirs ou d’interdiction de voyager. Les diplomates nord-coréens seront aussi mis sous surveillance. Les déclarations du porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires Etrangères rapportés par KCNA affirment en effet que « nous avertissons avec gravité qu’au moment où une nouvelle guerre de Corée est inévitable, le Conseil de Sécurité, qui a servi de marionnette aux Etats Unis en 1950 et fait que le peuple coréen gardera une rancune éternel contre lui, ne doit pas commettre à nouveau le même crime ». Pyongyang fait semblant, en l’occurrence, de ne pas réaliser que le nouveau train de sanctions a été conjointement rédigé par les USA et la Chine, le plus proche soutien de la Corée du Nord et qu’aucun des 15 pays qui composent le conseils n’a demandé de modification particulière au texte.

Selon l’ambassadeur russe à l’ONU Vitali Tchourkine, le vote de la résolution est prévu pour 10 heures locales (16h00 heure de Paris). On aimerait bien voir la communauté internationale faire preuve de la même fermeté envers un autre régime tout autant voyou, régime qui est d’ailleurs en relation directe avec la Corée du Nord dans sa course à l’arme nucléaire et au développement des vecteurs qui lui permettrait de mettre toute la région qui l’entoure en danger : l’Iran. Le deux poids deux mesures pratiqué dans ces 2 cas pourtant plus que similaires ne fait que dévaloriser la communauté internationale, entre autres les pays siégeant au Conseil de Sécurité mais continuant de chercher tous les chemins de traverse imaginables pour continuer à commercer avec le régime des mollah.

Source:jssnews

Lire la suite

Greenpeace dénonce l’impunité du secteur nucléaire en cas d’accident

7 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Sécurité économique

Greenpeace dénonce l’impunité du secteur nucléaire en cas d’accident

Les fabricants de réacteurs et les concepteurs de centrales sont épargnés, civilement et financièrement, en cas de catastrophe nucléaire, déplore l’organisation environnementale Greenpeace.

«En Belgique aussi, en cas d’accident nucléaire, le secteur bénéfice d’un régime de responsabilité civile favorable qui reporterait le coût d’un accident nucléaire sur les citoyens.»

Jeudi matin, des militants de Greenpeace ont apposé un autocollant géant sur les fenêtres du siège bruxellois du consortium américain General Electric, marqué du slogan «Fukushima : Your business, Our Risk»; une action menée dans le cadre d’une journée internationale d’action et d’hommage aux victimes.

Le coût financier de Fukushima est estimé à quelque 186 milliards d’euros. «Les ‘évacués’attendent toujours des indemnités correctes tandis que Tepco, l’opérateur de la centrale, a été nationalisé pour éviter la faillite», dénonce Greenpeace.

0,6% du coût estimé d'une catastrophe

Actuellement, en accord avec des traités internationaux, seul l’opérateur est tenu responsable des conséquences d’un accident nucléaire mais la couverture qui leur est imposée est «limitée et sans commune mesure avec le coût réel d’une catastrophe nucléaire».

En cas d’accident en Belgique, la contribution de GDF-Suez/Electrabel «s’élève à 1,2 milliard d’euros», soit 0,6 % de l’estimation provisoire du coût de la catastrophe de Fukushima, selon Greenpeace.

«Les prestataires de service et fournisseurs de Doel et Tihange sont eux aussi totalement exclus du régime de responsabilité civile. Il est impératif de modifier ce système. Imposer à l’industrie d’assumer financièrement la totalité des dommages encourus modifierait sensiblement le prix du KWh-nucléaire. Ce qui permettrait en outre de rééquilibrer la concurrence entre les énergies nucléaires et renouvelables», précise Eloi Glorieux de Greenpeace.

Les réacteurs fissurés de Tihange 2 et Doel 3 doivent être fermés définitivement et la durée de vie de Tihange 1 ne peut pas être prolongée, estime encore Greenpeace.

Source:greenpeace

Lire la suite

IBM passe son cloud en open source

7 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #open source

IBM passe son cloud en open source

Big Blue joue la carte de l’ouverture aux standards en intégrant dans son logiciel d’orchestration de cloud des briques Open Source. De quoi favoriser l’interopérabilité et lever l’un des obstacles majeurs à la diffusion de l’informatique en nuage.

"C’est un tournant historique dans le développement du cloud computing." Selon Christiant Comtat, directeur du cloud computing chez IBM France, le lancement par Big Blue de SmartCloud Orchestrator est de nature à modifier la donne sur le marché. Ce logiciel d’orchestration de cloud intègre en effet des briques Open Source issues du travail de la fondation OpenStack. De quoi favoriser l’interopérabilité et lever ainsi l’un des obstacles majeurs à la diffusion des services de cloud computing.

L’HYPERVISEUR RESTE PROPRIÉTAIRE

Outre les serveurs, la construction d’un cloud (qu’il soit public ou privé) nécessite deux couches de logiciels. La première réside dans le logiciel de virtualisation. Connu sous le nom d’hyperviseur, il assure la mutualisation des moyens de traitement, de stockage et de communication entre différentes applications et différents utilisateurs. IBM propose VMWare, l’hyperviseur dominant du marché, mais aussi KVM et Hyper-V (de Microsoft), bien qu’il existe déjà des hyperviseurs basés sur la solution Open Source Xen.

L’ORCHESTRATION À CODE OUVERT

L’autre couche concerne le logiciel d’orchestration. Selon Christiant Comtat, c’est la partie la plus importance de l’infrastructure logicielle du Cloud. "C’est elle qui automatise toutes opérations effectuées au-dessus de l’hyperviseur : création de machines virtuelles, gestion du catalogue de services, administration, monitoring des coûts, etc." Le fait de reposer sur des briques Open Source ouvre le cloud sur d’autres services s’appuyant également sur OpenStack, considéré comme un standard de fait. Ainsi l’entreprise peut combiner plusieurs services en provenance de différents fournisseurs comme Rackspace ou HP tout en bénéficiant d’un environnement d’orchestration unifié et synchronisé, puisque basé sur les mêmes standards ouverts.

MEMBRE D’OPENSTACK DEPUIS 2012

IBM a rejoint la fondation OpenStack en 2012. "Mais nous travaillons sur les standards ouverts bien avant cette date, remarque Christian Comtat. D’ailleurs, pour l’infrastructure matérielle de cloud, nous ne nous limitons pas à un type particulier de serveurs."

Le logiciel SmartCloud Orchestrator s’appuiera sur la version Grizzly d’OpenStack dont la sortie est prévue en avril 2013. Il sera proposé en version béta avant sa commercialisation prévue en fin d’année. Il a vocation à succéder au logiciel propriétaire actuel ISDM (IBM Service Delivery Manager), lancé il y a 3 ans sur le marché. IBM compte non seulement le proposer à ses clients de cloud privé comme Intermarché ou Cegid, mais aussi le déployer dans ses propres services de cloud.

Source:usinenouvelle

Lire la suite

Prudence, piège pour clients du Crédit Mutuel

6 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #piratage

Prudence, piège pour clients du Crédit Mutuel

Attention !!!

Je viens de découvrir un autre piège destiné aux clients et usagés de la banque Crédit Mutuel.

  • Vous recevez un mail avec comme message : voir fichier image IMG1
  • Qui vous demande de cliquer sur Adhésion : voir fichier image IMG2
  • Une page d'accueil apparait : voir fichier image IMG3

Ne remplissez pas les champs en haut à droite !!!

  • Le message suivant s'affiche en popup, dans le cas ou vous n'avez pas rempli les champs : voir fichier image IMG4

Comment reconnaitre le bon site ?

Vérifiez l'url (https://www.creditmutuel.fr/...)

Voici en fichier image la bonne adresse (url) du site : IMG-OK

Voici en fichier image la mauvaise adresse du site pirate : IMG-DANGER

Un mail à été envoyé au Crédit Mutuel à l'adresse suivante : phishing@creditmutuel.fr

IMG1

IMG1

IMG2

IMG2

IMG3

IMG3

IMG4

IMG4

IMG-OK

IMG-OK

IMG-DANGER

IMG-DANGER

Lire la suite

Intelligence économique, partenariat entre les pouvoirs publics et les juristes d’entreprise

6 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Intelligence économique

Intelligence économique, partenariat entre les pouvoirs publics et les juristes d’entreprise

L’AFJE (Association Française des Juristes d’Entreprises) vient de signer un partenariat avec Bercy afin de renforcer les relations de travail entre ces deux entités.

Les pouvoirs publics souhaitent à travers ce partenariat s’appuyer sur les juristes d’entreprise afin de mieux connaître les problématiques juridiques liées à l’intelligence économique et se donner les moyens d’accroitre la compétitivité des entreprises françaises. Les sujets d’intelligence économique soulèvent de nombreuses questions juridiques notamment en termes de droit de la concurrence, de protection du patrimoine immatériel et informationnel de l’entreprise, ou d’application des lois anti-corruption. Les juristes d’entreprises sont donc au cœur de ces enjeux. Par ailleurs, dans le cadre de la préparation du projet de loi sur la compétitivité, qui sera prochainement présenté par le Gouvernement, le président de l’AFJE a été auditionné par la Délégation Interministérielle à l’Intelligence économique.

Source:preventica

Lire la suite

Le Quai d'Orsay se lance dans la guerre économique

6 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Guerre économique

Le Quai d'Orsay se lance dans la guerre économique

Une direction des entreprises et de l'économie internationale a été créée au Quai d'Orsay.

Une direction des entreprises et de l'économie internationale a été créée au Quai d'Orsay, afin notamment de veiller aux intérêts des entreprises françaises dans le monde, a annoncé vendredi 1er mars le ministère.

Cette direction, créée dans le cadre de la "diplomatieéconomique" dont Laurent Fabius a fait une de ses priorités, "constituera le point d'entrée dans le ministères pour les entreprises, grands groupes comme PME", a indiqué le porte-parole du Quai Philippe Lalliot.

"Elle s'assurera également que leurs intérêts sont bien pris en compte à l'occasion des négociations susceptibles d'avoir un impact sur leurs activités, en particulier sur les sujets liés à la régulation économique internationale", a-t-il ajouté. Jacques Maire, diplomate et ancien dirigeant au sein du groupe Axa, a été nommé à la tête de cette direction, a-t-il précisé.

Source:challenges

Lire la suite

Gouvernance des données, comment mieux organiser son stockage

6 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Technos

Gouvernance des données, comment mieux organiser son stockage

Face à l'explosion des données, surtout celles qualifiées de « non structurées », la gestion du stockage s'est complexifiée. Aujourd'hui, l'ajout de baies de stockage supplémentaires n'est plus le seul argument valable pour les entreprises, ces dernières se doivent aussi de disposer d'une vraie politique de gestion des données. En effet, si les coûts d'investissements du stockage ont tendance à diminuer, leur coût d'exploitation, quant à lui, a explosé. Entre les données économiques, patrimoniales et légales, repenser le cycle de vie de la donnée est donc devenu une priorité. Sur cette problématique, les fournisseurs ont d'ailleurs des avis très partagés, mais ils sont unanimes pour dire qu'il faut hiérarchiser plus clairement les données en fonction de leur importance. Les fournisseurs mettent ainsi en avant les avantages de leurs solutions logicielles, de leurs services cloud mais aussi des innovations et les progrès techniques réalisés autour des équipements matériels.

Face à l'explosion des données, surtout celles qualifiées de « non structurées », la gestion du stockage s'est complexifiée. Aujourd'hui, l'ajout de baies de stockage supplémentaires n'est plus le seul argument valable pour les entreprises, ces dernières se doivent aussi de disposer d'une vraie politique de gestion des données. En effet, si les coûts d'investissements du stockage ont tendance à diminuer, leur coût d'exploitation, quant à lui, a explosé. Entre les données économiques, patrimoniales et légales, repenser le cycle de vie de la donnée est donc devenu une priorité.

Sur cette problématique, les fournisseurs ont d'ailleurs des avis très partagés, mais ils sont unanimes pour dire qu'il faut hiérarchiser plus clairement les données en fonction de leur importance. Les fournisseurs mettent ainsi en avant les avantages de leurs solutions logicielles, de leurs services cloud mais aussi des innovations et les progrès techniques réalisés autour des équipements matériels.

Source:lemondeducloud

Lire la suite

Attaque informatique contre le site participatif Les Observateurs

5 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #piratage

Attaque informatique contre le site participatif Les Observateurs

Le site internet Les Observateurs, site de journalisme participatif de la chaîne France 24, a été victime lundi soir d'une attaque informatique, ainsi que son compte Twitter, a indiqué Julien Pain, responsable éditorial du site.

"Nous avons été attaqués par une entité appelée +Syrian electronic army+ qui a pris le contrôle de notre compte Twitter, puis de notre site", a expliqué le responsable à l'AFP.

"Nous avons bloqué le site internet et nous allons faire de même avec le compte Twitter", a-t-il ajouté.

Les Observateurs est un site de journalisme participatif, alimenté par des photos, vidéos et témoignages d'internautes dans le monde entier qui sont ensuite édités par l'équipe éditoriale.

"C'est la première attaque de ce type depuis l'ouverture du site en 2007", a indiqué Julien Pain.

Une attaque similaire a visé il y a quelques jours le compte Twitter photo de l'Agence France Presse et, au début du mois de février, les comptes Twitter et Facebook de la chaîne Sky News Arabia basée à Abou Dhabi.

Source:Afp

Lire la suite
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>