Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
oeilinfo.com
Articles récents

Barroso a-t-il été manipulé par l'industrie du tabac?

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Europe

Barroso a-t-il été manipulé par l'industrie du tabac?

José-Manuel Durao Barroso, le président de la Commission européenne, a-t-il été l’instrument, conscient ou non, de l’industrie du tabac lorsqu’il a viré avec pertes et fracas son commissaire chargé de la santé, le 16 octobre 2012, en l’accusant de corruption ? Cinq mois après, non seulement aucune preuve corroborant cette grave accusation, que le Maltais John Dalli nie avec vigueur, n’a jamais été rendue publique, mais le dossier paraît de plus en plus fragile. En effet, selon un enregistrement en notre possession, Swedish Match, une compagnie suédoise de snus, une pâte de tabac à chiquer, qui est à l’origine de cette affaire, reconnaît que l’OLAF, l’Office anti-fraude de la Commission, lui aurait demandé de maintenir une version des faits totalement fausse. De là, à parler de manipulation, il n’y a qu’un pas.

Lorsque Barroso a annoncé la « démission » de Dalli, il a refusé de rendre public le rapport d’enquête de l’OLAF se contentant d’affirmer que les preuves étaient solides. Depuis, toutes les demandes du Parlement européen, qui souhaite vérifier la validité de cette accusation, se sont heurtées à un refus. Ce que l’on sait de l’affaire a tout d’un bon polar où se croisent entre Malte, Bruxelles et Stockholm, des demi-sel, des fonctionnaires à l’agenda trouble et des fabricants de tabac prêts à tout pour défendre leurs intérêts.

Alors qu’une nouvelle directive européenne visant à diminuer l’usage du tabac est en préparation à Bruxelles, un entrepreneur maltais en cheville avec l’Estoc, le lobby des fabricants de tabac, et ami de Dalli, Silvio Zammit, se rend à Stockholm pour rencontrer un représentant de Swedish Match afin de proposer son entregent auprès du commissaire pour obtenir l’autorisation de commercialiser le snus en dehors de la Suède. Selon la compagnie suédoise, c’est le 10 février 2012, lors d’une rencontre entre Dalli, Zammit et une avocate maltaise, Gayle Kimberlay, contact de Swedish Match à Malte, qu’un deal aurait été conclu : 10 millions d’euros pour que la compagnie suédoise rencontre Dalli et 50 millions supplémentaires pour autoriser le snus. Une somme faramineuse qui s’explique par le fait que « le commissaire devrait ensuite renoncer à toute carrière politique ».

L’accusation de corruption repose en fait sur cette réunion et sur la rencontre qu’a eu à Malte, un mois plus tôt, Dalli avec Kimberlay au cours de laquelle celle-ci lui a remis 3 pages sur la « non dangerosité » du snus. L’avocate maltaise a été rémunérée 5000 euros par Swedish Match pour ce petit service. Or, si Dalli a reconnu cette dernière réunion, il a toujours nié celle du 10 février.

Or, au cours d’une discussion avec José Bové, le vice-président de la commission agriculture du Parlement européen, mercredi à Bruxelles, deux représentants de Swedish Match, dont le principal accusateur, Johann Gabrielsonn, ont reconnu qu’ils s’étaient fondés sur les seuls dire de l’avocate maltaise Kimberlay pour lancer leur accusation de corruption. Or, « l’Olaf nous a dit que la réunion du 10 février n’avait pas eu lieu », explique candidement Gabrielsonn dans l’enregistrement, Kimberlay ayant menti. « Mais il nous a demandé de maintenir notre version des faits pour les besoins de l’enquête », une demande qu’a aussi faite la police maltaise. Autrement dit, la principale pièce du dossier d’accusation est un double mensonge, celui de Kimberlay et celui de l’Olaf. Autant dire que le dossier paraît de plus en plus fragile d’autant que les « échanges de mails » entre Dalli et Zammit, qui montreraient que le premier était au courant des tractations du second, n’ont jamais été rendus publics. Sans doute parce que, comme Dalli l’affirme, ils n’existent pas…

La précipitation avec laquelle l’Olaf a mené son enquête est aussi troublante. Alors qu’habituellement, il lui faut 25 mois pour boucler son travail, elle l’a terminé en moins de cinq mois, juste avant que la nouvelle directive anti-tabac (qui maintient l’interdiction du snus) ne soit présentée par Dalli au collège des commissaires. Alors qu’elle aurait du être examinée le 23 octobre, elle est renvoyée sine die, le commissaire ayant été viré cinq jours avant. Si elle finalement été adoptée par la Commission en décembre, c’est sous la pression du Parlement. Mais ces deux mois de retard renvoient son vote à fin 2014, au mieux, la législature actuelle se terminant en avril 2014… À la plus grande satisfaction de l’industrie du tabac. Dernier élément : Swedish Match a créé un joint venture, en 2009, avec Philip Morris International, le principal fabricant de cigarettes au monde. Pour José Bové,« la réalité de cette affaire est de plus en plus douteuse », ce qui justifie, selon le groupe des Verts du Parlement, la création d’une commission d’enquête parlementaire.

Source:reuter

Lire la suite

Le milliardaire russe Boris Berezovski est décédé en Angleterre

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #international

Le milliardaire russe Boris Berezovski est décédé en Angleterre

Le milliardaire russe Boris Berezovski est décédé samedi en Angleterre, a annoncé à l'AFP son porte-parole, Tim Bell, affirmant avoir appris la nouvelle par l'avocat de l'oligarque.

Le milliardaire russe Boris Berezovski est décédé samedi en Angleterre, a annoncé à l'AFP son porte-parole, Tim Bell, affirmant avoir appris la nouvelle par l'avocat de l'oligarque.

"Oui il est mort. Cela m'a été confirmé par son avocat cet après-midi", a déclaré à l'AFP le porte-parole de Boris Berezovski, décédé à l'âge de 67 ans.

Selon les médias britanniques dont la BBC, l'homme d'affaires aurait été retrouvé mort samedi matin dans sa maison du Surrey.

Ancienne éminence grise du Kremlin sous Boris Eltsine, tombé en disgrâce avec l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, M. Berezovski avait obtenu le statut de réfugié politique en Grande-Bretagne en 2003.

Moscou a demandé à Londres à plusieurs reprises, mais sans succès, l'extradition de cet homme d'affaires controversé, inculpé en Russie pour avoir appelé à un coup d'Etat.

Il était visé par de nombreuses enquêtes en Russie, la dernière remontant à mai, après qu'il a proposé une récompense à ceux qui "arrêteront le dangereux criminel Poutine".

Source:afp

Lire la suite

Amazon aurait signé un contrat de 600 millions de dollars avec la C.I.A

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #international, #Intelligence économique, #Technos, #Renseignement

Amazon aurait signé un contrat de 600 millions de dollars avec la C.I.A

Cette information demande à être confirmée, ce qui sera fait !

Pour le moment :

La C.I.A. aurait fait signer à Amazon un contrat de 600 millions de dollars sur 10 ans pour la création d’un cloud privé.

Selon le FCW (pour Federal Computer Week, un média spécialisé sur les technologies utilisées par le gouvernement fédéral américain), plusieurs sources leur ont annoncé qu’il y a bien eu signature de contrat entre Amazon et la Central Intelligence Agency.

Des spécialistes dans le domaine pensent que la C.I.A. a agit de la sorte pour limiter fortement les coûts en raison de leur budget assez réduit. A première vue, l’agence préfère travailler avec des spécialistes dans le domaine plutôt que de passer directement en interne, ce qui leur couterait extrêmement chers.

Rien n’a été officialisé, mais le but est de monter un réseau de cloud privé pour que l’agence de renseignement puisse travailler sans problème sur des technologies dites « émergentes » comme le big data, chose impossible avec le réseau actuel. Amazon Web Service sera donc en charge de donner un coup de main à la C.I.A. ce qui aidera le partage de l’information au sein de l’agence.

En espérant pour eux qu’ils s’entendent bien, mais en tout cas on peut dire que c’est tout benef pour Amazon qui vient de signer un gros contrat et qui touchera donc 600 millions de dollars sur dix années. Grâce à ce partenariat, Amazon assure ses arrières pour un petit moment…

Source:59hardware

Lire la suite

Un chercheur en sécurité informatique cartographie l'Internet... à partir d'un botnet

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Sécurité informatique, #Internet

Un chercheur en sécurité informatique cartographie l'Internet... à partir d'un botnet

Pour réaliser son rêve de cartographier l'Internet mondial, un chercheur en sécurité a mis d'énormes moyens (illégaux) pendant six mois, en créant un réseau de machines zombies.

Que ce soit admis tout de suite : on aime bien les visualisations d'informations, sous forme de graphiques, cartes, infographies, etc. Encore plus lorsqu'elles sont animées, et permettent d'ajouter à l'utile - voir l'information en un coup d'oeil - l'esthétique. Mais fallait-il créer un réseau de machines zombies, ou botnet, pour ça ?

Un chercheur en sécurité, anonyme, l'a pourtant fait. Son rêve : créer une carte animée des adresses IPv4 mondiales. Soit quelques milliards de ping à envoyer partout dans le monde, afin de pouvoir établir la base de données nécessaire à la cartographie, rapportait The Register en début de semaine.

420 000 noeuds en sortie

Pour résoudre ce problème, la méthode employée est "peu orthodoxe", et pourrait valoir de sérieux ennuis au chercheur. Car sur la page dédiée à son projet "Internet Census 2012", il explique s'y être pris en créant un botnet, réseau de machines zombies qu'il a fallu infecter pour en prendre le contrôle.

Les chiffres ont de quoi laisser pantois : "Carna Botnet" est un réseau de 420 000 noeuds, soit suffisamment de points d'entrée et de ressources de calcul pour cartographier les adresses IPv4 du monde entier. Un projet qui a duré six mois, et s'est terminé en octobre dernier, selon le chercheur.

La méthode est critiquable, mais on ne se lassera pas du résultat obtenu grâce à ce "Carna Botnet". Toutes les images sont disponibles sur la page du chercheur, et voici le GIF montrant l'animation finale.

Source:znet

Lire la suite

Le noyau central de l'UE pour le soutien à la coopération et la formation policière

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Europe

Le noyau central de l'UE pour le soutien à la coopération et la formation policière

La Commission européenne présentera une proposition visant à rendre Europol plus efficace pour rassembler de l'information, de l'analyser et de partager ces analyses avec les États membres, pour ensuite apporter un soutien encore plus concret et ciblé aux autorités nationales dans leur coopération transfrontalière et leurs enquêtes. Le nouveau règlement renforce également le lien entre la formation et le soutien à la coopération opérationnelle, par la fusion du Collège européen de police (CEPOL) au sein d'Europol et en rendant Europol responsable de la formation conjointe et des programmes d'échange pour les policiers et autres agents des forces de l'ordre. En même temps, il accroît la responsabilité d'Europol, renforce la protection des données personnelles, et aligne sa gouvernance avec ceux des autres agences européennes.

Le contexte:

Avec le programme de Stockholm, le Conseil européen a invité Europol à évoluer et à «devenir le noyau central pour l'échange d'informations entre les forces de l'ordre des États membres, un fournisseur de services et une plateforme pour les services de l'ordre». Il a également appelé à la mise en place de programmes de formation et les programmes européens d'échanges pour tous les professionnels des forces de l'ordre au niveau national et de l'UE.

Source:europa

Lire la suite

La Commission européenne vient de traduire l'Italie et la Belgique devant la Cour de justice de l'Union européenne

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Europe, #Justice

La Commission européenne vient de traduire l'Italie et la Belgique devant la Cour de justice de l'Union européenne

La Commission européenne vient de traduire l'Italie et la Belgique devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour non respect de la réglementation environnementale européenne.

Non-traitement des eaux résiduaires urbaines en Belgique

Conformément à une directive européenne de 1991, les Etats membres étaient tenus de mettre en place avant le 31 décembre 2005 un système de collecte des eaux urbaines résiduaires pour les agglomérations de 2.000 à 15.000 habitants. Toutefois, d'après la Commission européenne, en Belgique, la mise en conformité ne sera pas achevée avant 2015, soit dix ans après le délai fixé. C'est ce qui l'a décidé à entamer une procédure devant la Cour de justice. En effet, "en 2011, 67 petites agglomérations des régions flamande et wallonne n'étaient toujours pas raccordées à un réseau d'assainissement convenable et 116 petites agglomérations de ces régions ne disposaient pas d'infrastructures de traitement secondaire", indique la Commission, qui avait alors adressé un avis motivé à la Belgique. Si quelques améliorations sont observées depuis la première alerte lancée en 2007, celles-ci ont semble-t-il été insuffisantes.

Traitement inadéquat de déchets mis en décharge pour l'Italie

Quant à l'Italie, c'est sa gestion du traitement des déchets qui est remise en cause. D'après la Commission,"la décharge de Malagrotta à Rome et d'autres décharges de la région du Latium sont remplies de déchets qui n'ont pas subi le traitement requis par la législation de l'UE". Celle-ci requiert le traitement de tous les déchets avant leur mise en décharge. Concrètement, il s'agit de "processus physiques, thermiques, chimiques ou biologiques, y compris le tri, qui modifient les caractéristiques des déchets de manière à en réduire le volume ou le caractère dangereux, à en faciliter la manipulation ou à en favoriser la valorisation", précise la directive européenne. Or la région italienne mise en cause ne disposerait pas d'une capacité de traitement suffisante dans ce domaine.

Les autorités italiennes indiquent qu'environ 735.000 tonnes de déchets échappent chaque année à tout traitement à Rome ains que 120.000 tonnes supplémentaires dans la province voisine de Latina. Pour l'Etat italien, ces déchets étant écrasés avant d'être mis en décharge, ils devraient être considérés comme traités. La Commission européenne, en revanche, ne voit pas les choses du même œil. Pour elle, le broyage ou l'écrasement des déchets ne sont pas satisfaisants pour réduire les risques sanitaires et environnementaux. Ces insuffisances pouvant se poursuivre jusqu'en 2015, elles ont conduit la Commission à saisir la Cour de justice à l'encontre de l'Italie.

Source:actu-environnement

Lire la suite

La société de sécurité Kaspersky, coopère avec Interpol

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Sécurité informatique, #Interpol

La société de sécurité Kaspersky, coopère avec Interpol

La société russe anti-virus « Laboratoire Kaspersky » a commencé à coopérer en tant qu’organisation d’experts avec un département spécial d’Interpol qui s’occupe des crimes dans le domaine de haites technologies.

Le chef du « Laboratoire » Eugène Kaspersky est sûr que les pirates n’auront plus la possibilité de « s'allonger sur le fond » dans un pays quelconque. Il a ajouté qu’il rêvait depuis longtemps de l’apparition d’Interpol-Internet.

Source:ruvr

Lire la suite

Nomination d’un président de section (Conseil d’Etat)

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #France, #Politique Française

Nomination d’un président de section (Conseil d’Etat)

Le Président de la République,
Sur le rapport du Premier ministre et de la garde des sceaux, ministre de la justice,
Vu la Constitution, notamment son article 13 ;
Vu l’ordonnance no 58-1136 du 22 décembre 1958 portant loi organique concernant les nominations aux emplois civils et militaires de l’Etat ;
Vu le code de justice administrative ;
Vu l’avis de la commission consultative en date du 14 février 2013 ;

Le conseil des ministres entendu,
Décrète :
Art. 1er. − M. Christian Vigouroux, conseiller d’Etat, est nommé président de la section du rapport et des études du Conseil d’Etat.
Art. 2. − Le Premier ministre et la garde des sceaux, ministre de la justice, sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République Française.
Fait le 14 mars 2013

Le texte officiel est en fichier joint.

Lire la suite

Ueli Leuenberger victime d'un vol de documents confidentiels

24 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #international, #Renseignement

Ueli Leuenberger victime d'un vol de documents confidentiels

Le conseiller national genevois Ueli Leuenberger a été victime d'un vol dans le train. Dans le sac à dos qui lui a été dérobé se trouvaient des documents confidentiels de la commission de gestion dont il est membre depuis peu. Ceux-ci sont réapparus dans un poste de police quelques jours plus tard.

Les voleurs n'ont apparemment pas cherché à voler ces documents. Ils ont été remis dans leur intégralité quatre jours plus tard. Il s'agit de documents "confidentiels", mais pas "top-secret". Vice-président de la commission de gestion du National, Paul Niederberger (PDC/NW) a confirmé vendredi à l'ats l'information du site web de la "Neue Zürcher Zeitung".

Ueli Leuenberger (Verts/GE), ex-président de son parti, siège depuis une dizaine d'années au National. Il est membre de la commission de gestion depuis le début de la session qui vient de se terminer, en remplacement de sa collègue Franziska Teuscher qui est passée du National à l'exécutif de la Ville de Berne.

Entre Berne et Fribourg

Le vice-président de la commission de gestion n'a pas voulu préciser exactement de quels documents il s'est agi. Il y avait également des documents et des objets personnels, de bureau et de communication. Ces derniers ont été bloqués dans les cinq minutes, a précisé Ueli Leuenberger à l'ats.

Revenant sur le vol, ce dernier a précisé qu'il a eu lieu le jour du déraillement d'un train entre Berne et Fribourg. Le trafic était dévié et il n'a pas pris le train habituel. Les wagons étaient "archi-bourrés, et, alors que je m'installais à ma place, un individu est venu du quai, a pris mon sac à dos et a quitté aussitôt le train", a dit le conseiller national à l'ats, sans vouloir préciser la gare où cela s'est passé.

Les voleurs ont dû se débarrasser de tous les documents. Ceux-ci ont été trouvés et rapportés, tout mouillés, par des tiers à un poste de police, a encore dit M. Leuenberger. Comble de l'ironie, la commission de gestion se préoccupe ces temps du vol de données qui a eu lieu au service de renseignement en mai 2012.

Source:romandie

Lire la suite

La Commission européenne enquête sur Apple

23 Mars 2013 , Rédigé par Stéphane Publié dans #Technos, #Europe, #Economie

La Commission européenne enquête sur Apple

Après Google et Microsoft, la Commission européenne s’intéresse désormais aux pratiques commerciales d’Apple. Et plus particulièrement à sa politique de distribution des iPhone et iPad qui déplaît fortement aux opérateurs télécoms du continent.

Suite à plusieurs plaintes informelles d’opérateurs de téléphonie mobile européens, Antoine Colombani, un porte-parole de la Commission européenne annonce que l’institution va lancer une enquête sur les pratiques de distribution d’Apple concernant ses iPhone et iPad. Même s’il reconnaît : “Il n’y a pas eu de plainte formelle, cependant. De manière générale, nous surveillons activement les développements de ce marché. Nous interviendrons, bien entendu, s’il y a des soupçons de pratiques anticoncurrentielles aux dépens des consommateurs. » Plus précisément, les inquiétudes portent sur les termes des contrats commerciaux, et notamment le niveau de subvention et de marketing que les opérateurs doivent accorder aux iPhones pour pouvoir les vendre. En reaction, une porte-parole d’Apple Nathalie Kerris, précise : “Nos contrats se conforment partout aux législations locales, y compris dans l’Union européenne. »

Les opérateurs français en première ligne

Si ni l’AFP ni Reuters ne citent les opérateurs qui se plaignent à la Commission européenne, le New York Times croit savoir que ce sont des opérateurs français qui ont été les plus véhéments, même s’ils ont été rejoints par ceux de deux autres pays. En effet, il y a quelques semaines à l’occasion du Mobile World Congress 2013, Stéphane Richard, le patron d’Orange reconnaissait dans une conversation rapportée par AllThingsD que si Apple avait perdu en arrogance, la situation de quasi duopole entre Apple et Samsung sur le marché des smartphone en Europe posait problème, là où il y a plus d’une centaine d’opérateurs de téléphonie mobiles qui s’affrontent sur le même marché : “Nous vivons une compétition incroyable, ils n’ont pas de compétiteurs. C’est tout.” Il a certes calmé la violence de ses attaques contre Apple par rapport à 2011, mais la clause d’exclusivité d’Apple avec ses premiers gros opérateurs étant arrivée à échéance l’an dernier, les négociations restent ouvertes. D’autant que la dernière fois que la Commission européenne avait initié une enquête sur les pratiques d’Apple (sur les services professionnels de l’iPhone), il y a près de trois ans, la firme avait assoupli sa politique en terme d’applications installées et de reparations transfrontalières. L’histoire est-elle en passé de se répéter ?

Source:lemagit

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>